Les 10 choses qu’on regrette désespérément quand on a grandi dans les années 1990

Au fur et à mesure, les années passent et chacun vieillit, mais qui ne s’est jamais dit que c’était mieux avant ? Certaines choses disparaissent pour faire place à d’autres, plus modernes. Les tendances changent, la mode et tout ce qui nous tenait à cœur devient d’un seul coup has been. Alors oui, on va de l’avant, on évolue, on découvre des choses encore mieux que celle qu’on avait avant, mais tout de même il y a deux, trois trucs qu’on aurait bien aimé garder encore un peu plus longtemps.

  • Le Nokia 3310

    Seulement parce que c’est le téléphone le plus fantastique du monde, et parce que tout le monde l’a déjà possédé un jour. Ton Nokia 3310, il te manque comme personne ne t’as jamais manqué, sa résistance face aux chocs, même ceux de plusieurs étages, sa batterie si autonome qui tenait parfois une semaine entière, ses coques personnalisables (oh oui, c’est de cette coque avec des dauphins que tu adorais par-dessus tout dont je parle) et les heures passées à jouer au Snake. Tant de beaux moments partagés avec ce téléphone, son écran noir et blanc et ses sonneries monophoniques. Funny fact, le 3310 est à ce jour le téléphone le plus vendu au monde, près de 126 millions, tandis que l’IPhone n’a été vendu qu’a 100 millions d’exemplaires.

Le Nokia 3310
Le Nokia 3310 en personne
  • Les boys bands

    En tant que fille, il est évident qu’on ne peut que regretter les boys-band, les corps luisants, les chorégraphies et les douces voix de nos idoles nous manquent. Non, non je n’ai pas dit que la musique nous manquait, non ce qui nous manque c’est d’être hystériques, de vrais groupies sauvages prêtes à bondir sur leurs cibles. Ce qui nous manque c’est les posters dans notre chambre, les clips avec des enchainements de pas compliqués et les mots d’amours niais qu’on aimait chanter toute seule dans notre chambre. Oh oui, les Worlds Apart, je veux encore des chansons kitchs ou vous nous dites que vous nous donnez toutes vos différences, oh oui Nathan fait nous encore rêver avec tes jetées de mèches (comme quoi Justin Bieber n’a rien inventé) Ce n’est peut-être pas anodin si en 2012 près de 10 ans après la mort des boys bands des années 1990, de jeunes et beaux garçons reviennent sur le devant de la scène pour nous mettre en émoi. One Direction, The Wanted et compagnie, non, vous ne remplacerez jamais Alliage ou les 2be3 dans notre cœur.

 

Les worlds apart
Les worlds apart, les idoles de la génération

 

  • Le Hit Machine

    Je veux encore passer des samedis matins devant le Hit-Machine sur M6, à regarder les artistes sur le plateau, mais surtout à rire aux blagues des deux animateurs mythique de cette décennie, Charlie et Lulu. Je veux encore du condensé de Larusso, Ophélie Winter et d’autres interprètes complétement has-been pour égailler mes mâtinés. Aujourd’hui j’ai seulement le droit à du « Tous ensemble » sur TF1 animé par Marc Emmanuel. Je vous en supplie que la torture cesse, reprogrammez le Hit-Machine.

    Le hit machine
    Merci Charly et Lulu pour ses années de bonheur
  • Les sitcoms

    Même si aujourd’hui je pleure devant Desperate Housewives, ou je rigole devant How I met your mother, je ne retrouverais plus jamais une série comme Hartley Cœur à vif. Le générique nous plonge directement dans l’ambiance, entre drames, histoires d’amour et d’amitié, on a tous un peu rêvé d’aller au Hartley High rien que pour rencontrer Drasic le beau rebel. C’est sur Hartley, Hélène et les garçons, et le groupe étaient des séries bien plus proches de nous que ne l’est  90210.Comment voulez-vous que je m’identifie à une blondasse de 15 ans qui vis dans une villa de 2000m² à Los Angeles ? Elle est belle la jeunesse.

 

  • Les scoubidous

    Je ne comprends pas ce désintéressement total pour les scoubidous. Petit un, ça occupe, petit deux, on peut en faire un petit porte clé de dingue (oui c’est kitschissime et alors ?) Pas toujours évident d’être une pro des travaux manuels et d’être doué avec ses mains, mais savoir faire des scoubidous dans les années 1990, ça c’était la classe, et moi je l’avais.

Scoubidous
Wa are all scoubidou's addict

 

  • Les débuts du Rap

    Le rap s’est démocratisé en France au début des années 1990, et a vu apparaitre de grands artistes, IAM, NTM, Mc Solar… Les textes réellement bien écrits véhiculant un véritable message dans les années 1990 se sont transformés en textes agressifs insultants la plupart des institutions dans les années 2000. Aujourd’hui on collectionne les Booba, la fouine et autres Sinik et on s’en passerait bien.

NTM
Joey Star a bien changé depuis tout ce temps

 

  • La banane

    Comment évoquer les années 1990 sans évoquer cet accessoire terriblement tendances chez les touristes allemand d’une cinquantaine d’année ? Je parle bien de la banane, petit sac à accrocher à la taille afin de pouvoir accéder à toutes ses affaires en un tour de main. Bien que peu élégant, il faut l’avouer, la banane c’était tout de même super pratique surtout pour ranger nos billes. De toutes les couleurs et de différentes tailles, on a tous hâte d’assister au come-back de la banane (ou pas)

La banane
La banane, l'accessoire tendance des 1990's

 

  • La Game boy color

    Véritable petite révolution sur nos écrans, la Game boy color a accompagné tous nos trajets en voitures. Follement tendance avec ses différentes couleurs, on a passé des heures à jouer à Tetris ou à capturer des Pokémons. Dans notre cœur aucune console de poche ne remplacera notre Game boy à piles, hors de ma vue Nitendo DS et autre PSP.

 

La gameboy
Plutôt girly les couleurs pour une game boy

 

  • Les Tamagotchis

    Il ne faut pas se mentir, les tamagotchis c’était beaucoup plus facile de s’en occuper que de s’occuper de notre petit chaton et c’est peut-être pour ça qu’on aimerait qu’ils reviennent. Quel substitut, on va sortir à nos enfants à nous quand ils voudront qu’on leur achète un chien ?

Un tamagotchi
Une petite bête bizarre
  • Les boums

    On en a marre des soirées hype, ou il faut être vu, ou danser est synonyme de glamour et de volupté. Dans les années 1990, quand on allait aux booms, on était certains de s’amuser, de se déhancher sur du Lou Bega ou du Daddy DJ et on se foutait du reste. Si un collectif parisien a lancé les We are the 1990’s, ce n’est pas pour rien. On veut des vraies soirées, ou on s’amuse, ou on est frais, ou on peut écouter de la musique rétro et come back to the 1990’s !

We are the 90's
Les soirées "We are the 90's"

Laisser un commentaire