Permis à points : ça peut toujours servir

Les nouvelles générations urbaines n’attachent que peu d’importance à l’obtention du permis de conduire. Vivant généralement en centre-ville, et de ce fait, bénéficiant des infrastructures de transport en commun, arrivés à l’âge où ils pourraient passer leur permis de conduire, beaucoup d’entre eux reportent cette option.

Généralement pour des raisons économiques, les nouvelles générations refusent de supporter les coûts induits de l’acquisition d’un véhicule. En effet, le prix du carburant, de l’assurance, du stationnement sont souvent rédhibitoires.

Fini la vision des anciennes générations où l’obtention du permis de conduire était une ouverture vers la liberté et l’indépendance.

Malgré tout, pour ceux qui ont passé le pas, se sont endettés pour passer leur permis de conduire et acheté un véhicule, le plus souvent à l’occasion d’un premier emploi, les difficultés risquent de se pointer rapidement.

Permis probatoire

Déjà, les premières années de permis, ils seront en « permis probatoire », c’est-à-dire avec un permis qui comportera un nombre de points limités pendant les trois premières années :

  • 6 points la première année
  • 8 points la deuxième année
  • 10 points la troisième année

Pour enfin arriver à 12 points au-delà des 3 ans

Pour ceux qui auront suivi la voie de la conduite accompagnée pour obtenir leur permis, le nombre de points supplémentaires par an passe de 2 à 3 durant la période probatoire.

Effectivement, pour beaucoup d’entre eux, le permis c’est le moyen d’acquérir l’autonomie pour postuler et trouver un premier emploi et argumenter sur leur mobilité.

Perte de points du permis

Mais au-delà de cette mobilité, les ennuis risquent de commencer. La fragilité du permis de conduire en période probatoire, la difficulté à conserver son capital de points et à le faire augmenter jusqu’à 12 points vont être autant d’obstacles à surmonter.

Ajouter à cela les sorties arrosées entre amis, les folles escapades où l’on oubli la limitation de vitesse, les paris stupides amenant à une dérive dangereuse de la conduite, l’utilisation du smartphone au volant pour répondre aux appels entrant ou envoyer des SMS, et j’en passe, tous ces facteurs sont autant de risques, non seulement pour conserver son permis de conduire mais aussi et surtout pour conserver la vie du conducteur et de ses passagers !

En effet, le seul facteur de l’alcool au volant fait des ravages en termes de mortalités des jeunes conducteurs.

Alcool au volant

Le propos n’est pas d’émettre un jugement à l’égard des jeunes automobilistes mais simplement de les mettre en garde quant à leur responsabilité de conducteur, particulièrement lorsqu’ils embarquent des passagers.

Les points de permis ça se rattrape aussi !

Pour rassurer un peu les plus anxieux, la perte de points n’est pas irrémédiable, même en période probatoire, les jeunes conducteurs ont la possibilité, en cas de perte de points liée à des infractions, de passer une stage de récupération pour retrouver leur capital de points de permis.

Attention tout de même, le coût risque d’être salé pour les petits budgets. Comptez en moyenne 190€ à 250€ pour récupérer un maximum de 4 points de permis.